Learn more: IMDB

« Ces échanges paroxystiques, magnifiques, où s’énonce la vérité des existences, rappellent Ingmar Bergman, bien sûr, comme certains monologues face caméra. Bergman, Truffaut, Hitchcock (…) : les maîtres d’Arnaud Desplechin réapparaissent, une fois encore, en filigrane, fantômes d’un autre genre et éternels revenants. » Télérama

« Autant le dire sans préambule, on retrouve avec ce film le très grand Arnaud Desplechin, celui de La Sentinelle, de Rois et reine ou d’Un conte de Noël, autant d’œuvres que Les Fantômes d’Ismaël remet sur le métier, retravaillant obstinément une même glaise autobiographique, romanesque, burlesque, analytique, brassant en un même feuilleté vertigineux l’intime, le politique, l’artistique, le corps, la pensée et le processus créatif. » Les Inrocks

Les fantômes d'Ismaël